Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 août 2016 2 23 /08 /août /2016 18:42
Ce chemin

Ce chemin

près d'une vieille maison

au toit de rouille

qui penche

depuis combien de temps?

Jusqu'à quand tiendra-t-il?

Et qu'emportera-t-il

de poussière des ans

qu'éparpille le vent?

Et de mémoire utile à mon regard?

Published by Victor
commenter cet article
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 15:46

Tu écris des mots au tableau

qui parlent de liberté

 

d'amours perdues et retrouvées.

 

Tu ris tu es ému parfois

comme l'enfant à la vue d'un oiseau

 

ou bien tu pleures sur ton sort

quand il pleut.

 

Tu t'inventes des histoires

entre les glaces et les miroirs

 

tu joues ton rôle avec sérieux

en espérant – tu veux y croire -

que l'on t'écoute.

 

Mais en attendant le grand soir

- toutes heures bues -

 

les vieux gémissent dans leurs mouroirs

et les jeunes mendient dans les rues

 

les miettes de leur avenir.

Tu E-cri-S
Published by Victor
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 11:08
Une porte ouverte sur...une autre porte - Honfleur Juin 2015

Une porte ouverte sur...une autre porte - Honfleur Juin 2015

Voir les commentaires

Published by Victor
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 20:01
A l'ombre des palmiers...

A l'ombre des palmiers sans dattes

du jardin qui nous fut donné

le soleil creuse un nid pour l'oiseau.

 

Et les branches s'en mêlent

Forêt simple aux merveilles

de dimanches sans sommeil

enhardis par la lumière.

 

Dans la cour de l'école

les petites filles jouent à la marelle.

En rêvent-elles de l'espérance

de partir - Quand je serai grande... -

et du vouloir des choses qui s'offrent à nous

si nous savons les prendre.

 

 

Published by Victor
commenter cet article
29 mars 2015 7 29 /03 /mars /2015 16:39
Le coeur tendre du bois

Le carré

Le cœur tendre du bois

S’ouvre et se fend

S’ouvre

Et l’immense -

Le carré

La saveur du vert

Se répand et se perd

Se répand

Et la grandeur

de l’arbre -

Le carré

Le regard du monde

S’élargit et demeure

S’élargit

Et la peur

de la pierre -

Published by Victor
commenter cet article
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 16:34
Ils parlent...

Ils parlent à l’azur

Sur la joue du ciel embaumé

ils posent des baisers au goût de rosée.

Au soleil ils dérobent les braises

le soir et enflamment les yeux captifs

de leurs aimées.

Portées par le rire du vent

leurs paroles caressent les joncs

et le ruisseau court jusqu’à la mer.

Les marais s’écrient de douceur

et les rides au-dessus des étangs

se défont.

L’aube pâle à l’azur répond

c’est un sourire qui se dessine

dans le doux regard des amants.

Published by Victor
commenter cet article
14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 13:38
En un même refrain

Vagues Vagues et embruns

Larmes de lune

Et plaintes, filles d'écume

Danse lente des grandes voix de la mer

Vagues larges de parfums

Vent de sel

Sur la côte des dunes

Danse diurne des âmes

Envolées au matin

Vagues longues et chevelures

De mains

Qui s'enlacent

En un même refrain.

Je suis Charlie.

Published by Victor - dans Poésie
commenter cet article
24 novembre 2014 1 24 /11 /novembre /2014 16:04

P1220547.JPG

 

Je ne porte pas la parole du monde

mais seulement la mienne

humble douce et feutrée

comme les voix des tahitiennes

 

Que marche la nuit vers l’aube

des heures qui s’empilent - ô malheur ! -

je parle pour effacer la peur

qui surgit quand le soir retombe

 

Et la lumière claque en mon cœur

lorsque je parle du bonheur

de dire que le jour efface

la brume qui sans fin s’amasse

sur le perron de ma demeure.

Published by Victor - dans Poésie
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 18:54

P1220613.JPG

 

Quand le soleil aura bougé

de son orbe au cœur éclaté

explosé les mailles du ciel

arraché ses feux à la nuit

pour partir loin de notre monde

 

aurons-nous vécu trop de jours

ou pas assez semé de graines

pour que la terre se souvienne

de nos grandeurs, de nos misères

de nos absences, de nos silences?

 

Les visages sortiront des cadres

fermeront leurs yeux extatiques

et la main du peintre se tiendra

figée au bord de la croisée

 

en attendant que les étoiles

lui reviennent éclairer la voie

et lui donnent en place d’une toile

un peu de soi.

 

Et le vent parlera enfin

je comprendrai tous les mystères

sans me pencher

sans questionner les prophètes

les forts en thème, les connaisseurs

 

du bien plus que du mal à faire

je marcherai jusqu’au cratère

du volcan plus que millénaire

pour prendre à main nue

cette braise que nul ne touche

 

sans se confondre avec les portes

de l’enfer.

 

J’ouvrirai les cachots immondes

où pourrissent les turpitudes

j’y répandrai quelques secondes

de ma fièvre et traverserai

la muraille qui me sépare

 

des autres mondes

pour voir s’il existe autre chose

que mon humble réalité.

Published by Victor - dans Poésie
commenter cet article
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 17:08

P1190970.JPG

 

J'ai choisi ce matin

de marcher sur les mains

 

car mes pieds me font mal

et ce m'serait fatal

 

de marcher à la ronde

sur les sentiers battus

 

encore, et rebattus

 

par la colère qui gronde

sous les pieds fatigués

 

de madame

de monsieur tout l'monde.

 

Une colère rentrée

qui monte

 

chaque jour

 

pour remettre à sa place

un monde entre les mains

 

de vils autocrates

financiers de tous poils

 

parieurs sur le malheur

des humbles et des faibles,

 

dont les mains décharnées

et la tête vidée

 

à donner la nausée

 

me poussent à faire

à ces autorités

 

un joli pied-de-nez!

Published by Victor - dans Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Les oeuvresdevictor.over-blog.com
  • Les oeuvresdevictor.over-blog.com
  • : un univers de création entre peinture, dessin, écriture, sculpture
  • Contact

Recherche

Textes